Chaînes de science sur YouTube : sont-elles un outil de vulgarisation scientifique efficace ?

Doc' en clip 2016 par François Pacaud, CC by-nc-sa

211 millions : c’est le nombre de vues que cumulent les 5 chaînes françaises de science les plus anciennes et les plus plébiscitées sur YouTube. Un succès indéniable, mais dont on peut questionner la légitimité et l’efficacité.

Pour mieux comprendre l’ampleur du phénomène, il faut d’abord recontextualiser l’apparition de ces chaînes vidéos de vulgarisation scientifique.
Les années 2000 et le développement du Web 2.0 ont profondément modifié nos manières de communiquer, avec en particulier l’avènement des réseaux sociaux. Si les commerciaux se sont très rapidement investis dans ces nouveaux outils de communication, les sciences ne sont pas restées à la traine. Très vite, une nouvelle manière de diffuser la science a émergé : plus rapide, plus large, plus décomplexée.

« Bloguer, c’est-à-dire publier des informations, des opinions ou des commentaires sur un blog, est devenu une activité à la mode, accessible à chacun. Mais c’est aussi et surtout en passe de devenir une nouvelle façon de communiquer dans la communauté scientifique, et donc de recueillir de l’information scientifique. »
C. Delpas, Science Actualités, Quand les scientifiques se mettent à bloguer (2009)

Les premiers blogs scientifiques apparaissent sur la toile à partir de 2004 (pour la France, on notera par exemple la création en 2006 du C@fé des sciences). Puis les années 2010 ont marqué un nouveau tournant : l’arrivée des vlogs (blogs vidéos) de sciences, ou plutôt désormais des « chaînes de sciences » comme on les identifie de nos jours, surfant sur le raz-de-marée YouTube. Et leur nombre est en constante augmentation : à l’heure actuelle, le collectif de vidéastes Vidéosciences recense ainsi sur sa plateforme 106 chaînes YouTube (au 02.10.2016).

Une nouvelle forme de médiation

Les chaînes de science constituent un nouvel outil de médiation, qui a l’avantage de permettre une grande diversification des contenus. Les vidéos proposées ont ainsi des sujets très variés ; l’objectif peut être de présenter un concept, d’expliquer un phénomène ou de montrer une expérience ; la mise en scène peut être académique ou plus originale. La liberté étant plus grande qu’avec les moyens classiques de communication des sciences, on constate une forte créativité dans les manières de diffuser l’information.

« L’aspect de proximité avec le public, et d’identification possible, est renforcé par l’utilisation de codes, de clins d’œil (soit puisés ailleurs, dans des séries, des émissions-culte, soit endogènes et devenus “marque de fabrique” de la chaîne en question), qui sous-tendent le discours et le rendent attractif : en ce sens, les animateurs YouTube scientifiques ont réussi à créer un Web participatif – où l’audience participe en s’amusant –, ce que n’avaient peut-être pas réussi à faire les blogueurs scientifiques »
A. Moatti, interview par Science de comptoir (21.11.2015)

L’enrichissement multimédia est une valeur sûre de la médiation scientifique, et le format vidéo est un support particulièrement intéressant puisqu’il permet de produire des animations didactiques pour appuyer le propos. Voir ci-dessous par exemple une vidéo du Dr Nozman, qui utilise le potentiel du format vidéo pour créer des contenus vulgarisés ne répondant pas aux codes académiques classiques :

L’univers de la vidéo web est régi par de nombreux codes non formels, reflets des attentes des visionneurs, dont les youtubeurs savent tirer parti. Ces codes peuvent pleinement servir l’intérêt de la science, et même s’adapter à ses exigences : par exemple des vidéos de vulgarisation scientifique peuvent durer jusqu’à 1h30, ce qui est pourtant a priori contre-productif dans le cadre de vidéos diffusées sur le web (nécessité d’avoir une connexion internet de bonne qualité et difficulté de consultation en mobilité).

Un point fort des chaînes YouTube, qui contribue à en faire un outil de médiation particulièrement opérant, est aussi leur facilité d’accès. Le géant de l’hébergement vidéo a bien sûr une ergonomie très efficace et une stratégie de communication bien rodée, qui se reporte ainsi sur les chaînes individuelles. Celles-ci assurent donc déjà très bien le volet « diffusion à grande échelle » de la médiation scientifique. En plus d’être facile, l’accès a aussi l’avantage d’être gratuit (si l’on fait abstraction du coût de la connexion internet et de l’appareil utilisé pour consulter le contenu) et illimité. On peut ainsi retourner plusieurs fois voir du contenu, si l’on n’a pas pu assimiler l’ensemble du propos lors du premier visionnage. Dans le même ordre d’idée, le format vidéo permet de faire « pause »… une fonctionnalité qui nous fait bien défaut dans les formats classiques de médiation des sciences !

Une science – un peu trop ? – décomplexée

Au-delà de la forme et du fond, les chaînes YouTube ont surtout causé une petite révolution dans la manière de diffuser le savoir scientifique : la transmission n’est plus verticale mais horizontale. Il n’est plus nécessaire d’être un véritable académicien, mais seulement un « enthousiaste » des sciences. La communauté joue aussi un rôle crucial dans le processus de validation et de diffusion : tout le monde est impliqué, la science se démocratise.

Néanmoins, l’horizontalité de la transmission de la science a « l’inconvénient de son avantage ». N’importe qui peut ouvrir une chaîne YouTube et la prétendre scientifique, il y a donc un véritable risque de dérives concernant le contenu. Comment s’assurer de la véracité des propos tenus dans une vidéo ? Le crédit accordé au vidéaste doit-il dépendre de sa formation ? Et au-delà des questionnements sur sa légitimité, le youtubeur n’est-il pas lui-même un facteur de dérive, de par la subjectivité de sa manière de présenter la science ? Autant de questions qui suscitent toujours des débats – même si certaines conditions comme la stricte transparence des méthodes et l’ouverture aux critiques peuvent être des garanties assez raisonnables de qualité.

« La vulgarisation « classique » se voulait la plus neutre possible – et même plus neutre que la science elle-même ne l’est réellement. La vulgarisation via les chaînes à succès YouTube est sans doute moins neutre : elle dépend de l’animateur,
certes de son charisme, mais aussi de son choix de contenus, de sa vision de la science ou de l’histoire des sciences. C’est d’autant plus à souligner qu’il a un réel impact sur l’auditeur. »
A. Moatti, interview par Science de comptoir (21.11.2015)

Un autre questionnement peut concerner l’efficacité de la transmission du savoir. En effet, les chaînes se veulent amusantes, attrayantes, et jouent beaucoup sur l’humour et les contenus décalés. Dans son interview pour Science de comptoir en octobre 2015, le fondateur de Vidéosciences Pierre Kerner estime que parmi les 55 vidéastes alors recensés sur sa plateforme, une trentaine utilise régulièrement l’humour comme un outil de communication.

Alors comment est équilibrée la balance entre le contenu scientifique et le contenu purement ludique ? Le premier peut-il être éclipsé par le second ? Une manière de s’en assurer pourrait être d’analyser les commentaires laissés sur les vidéos par la communauté. En effet, YouTube est avant tout un réseau social, et les commentaires sont une extension véritable de la vidéo. En recherchant ceux mentionnant le contenu scientifique, au milieu de ceux soulignant plutôt la mise en scène (ainsi que les commentaires hors contexte), on peut avoir un début d’idée sur l’efficacité de la transmission du message. L’analyse peut être également poussée aux mentions des vidéos / de la chaîne sur les autres réseaux sociaux.

Ces questions sur l’efficacité des chaînes de sciences en tant qu’outil de médiation sont délicates à étudier, car comme le signale Alexandre Moatti dans son interview par Science de comptoir, le phénomène est trop récent, il nous faudrait encore développer des études sociologiques et des statistiques sur la dynamique des réseaux sociaux. Dans tous les cas, nous pouvons déjà saluer l’effort – et espérer que le travail de ces stars du web devienne un jour une dimension de la médiation des sciences valorisée à sa juste valeur.

« L’appétit de science est toujours provoqué par une rencontre, qu’il s’agisse d’un livre ou d’une personne. Alors pourquoi pas celle de ces youtubeurs qui la réincarnent avec culot, en assumant leur subjectivité ? »
E. Klein, cité dans Le Parisien Magazine, Sur Youtube, la science se déchaîne (03.02.2016)


Image à la une : Doc’ en clip 2016 par François Pacaud, CC by-nc-sa

Le texte de ce billet est placé sous licence CC by

Billet rédigé suite au cours « Boîte à outils numériques pour la médiation scientifique », donné par François Pacaud en septembre 2016 dans le cadre du Master Médiation des sciences de l’Université Bordeaux Montaigne.

Citer ce billet : "Chaînes de science sur YouTube : sont-elles un outil de vulgarisation scientifique efficace ?", par Anne-Sophie Magnant. Publié sur Sciences en partage, le 21/03/2017. Permalien : http://mediation.hypotheses.org/140.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *