Les stars de la science

YouTube by Esther Vargas, CC by-sa

Le 27 septembre dernier, le prix Diderot a récompensé la chaîne YouTube de vulgarisation scientifique La Tronche en biais. Derrière cette nouvelle diffusion de la science, qui sont les acteurs et quelle est leur légitimité ?

Marre de la science morose, des professeurs soporifiques et des explications déprimantes ! Sur YouTube, la science se réinvente : scientifique déjanté coaché par une marionnette, musique clinquante, mise en scène décalée et la science parait simple. Il y a une semaine, le prix Diderot, qui nomme les meilleures initiatives pour le partage des savoirs, a récompensé le youtubeur scientifique La Tronche en biais. Tour d’horizon sur cette nouvelle manière de diffuser la science, libre d’accès et gratuite.

Faire de la vidéo pour parler de la science n’est pas une pratique novatrice, en témoignent les films réalisés par l’océanographe Cousteau dès les années 1950. Néanmoins, pouvoir les visionner gratuitement ça l’est. Créée en 2005, la plateforme YouTube héberge des vidéos d’amateurs que les internautes peuvent regarder, commenter et partager, le tout gratuitement. Les scientifiques utilisent eux aussi de plus en plus ce support, en y créant leur propre chaîne de vulgarisation.

Qu’est ce que la zététique ? Et l’évolution ?

Au travers de mises en scène charismatiques, la science y est expliquée avec des mots simples, de l’humour et des expériences. Comme une sorte de télévision 2.0, il est possible de s’y abonner gratuitement et de zapper d’un sujet à l’autre.

Mais de la science pour tous ça rapporte quoi ? Acermendax, de son nom de scène, est docteur en biologie mais aussi l’auteur des scénarios de La Tronche en biais. « Faire de la vulgarisation scientifique en créant une chaîne YouTube me satisfait plus qu’exercer en tant que chercheur », explique-t-il.

Les vidéos de La Tronche en biais sont disponibles gratuitement sur la chaîne YouTube mais ne peuvent être réutilisées ou modifiées. « On ne souhaite pas faire payer l’information scientifique et il n’y a pas de publicité sur nos vidéos. On se place dans une démarche d’open source », commente l’auteur. Pourtant, la question financière reste le nerf de la guerre de ce projet professionnel. « Les sujets traités au format vidéo le sont aussi à l’écrit sur mon blog et je travaille actuellement sur plusieurs livres tout en continuant à donner des conférences ». Force est de constater que le nombre de vues d’un même sujet est dix fois supérieur lorsqu’il est sous format vidéo. En parallèle, une plateforme de financement participatif permet de soutenir la chaîne, ponctuellement ou non.

Selon Julien Bobroff, physicien à l’Université Paris-Sud qui utilise régulièrement la vidéo pour vulgariser ses recherches, YouTube « a démocratisé la vidéo ». Plus besoin de matériel lourd et onéreux, il suffit d’un peu d’imagination et de connaissances pour créer une vidéo. « On ne sait pas encore ce qui fait qu’une vidéo YouTube fonctionne bien, mais ce qui est sûr c’est que les explications scientifiques doivent être solides et étayées ». Les utilisateurs ayant la possibilité de commenter les explications données, les fausses informations transparaissent vite. « Une chaîne YouTube qui fonctionne doit être réactive aux commentaires des internautes et corriger ses erreurs » poursuit le chercheur, qui ne se considère d’ailleurs pas comme un youtubeur. Et il ajoute : « mes vidéos sont sous licence Creative Commons BY-SA ce qui signifie qu’il est permis de les réutiliser et les modifier ».

Youtubeur, mais pas forcément chercheur

Selon Alexandre Moatti, chercheur associé en philosophie et histoire des sciences à l’Université Denis Diderot (Paris VII), « YouTube est un canal de diffusion de la science supplémentaire et novateur en deux points : d’une part son public-cible est constitué des jeunes de onze à seize ans. D’autre part, parmi les youtubeurs, on trouve des non-scientifiques ».
En effet, la plupart des scientifiques youtubeurs ne sont en fait pas des chercheurs. « Tout comme pour les journalistes scientifiques, il n’y a pas besoin d’être chercheur pour faire de la médiation », explique Julien Bobroff. Et de noter l’importance de bien renseigner son information. « Le risque éventuel serait que ces youtubeurs soient pris par les médias pour des experts, ce qui n’est pas le cas ».
Acermendax ajoute : « le fait de citer mes sources n’est pas nouveau pour moi, venant du milieu universitaire. Par contre, il est vrai que je le fais beaucoup plus à l’écrit qu’en vidéo ». Dans cette logique de légitimation, certains youtubeurs cherchent dorénavant à obtenir un label scientifique reflétant la véracité de leurs propos.

TV Shows We Used To Watch - Christmas 1959 by Paul Townsend, CC by-nd
TV Shows We Used To Watch – Christmas 1959 par Paul Townsend, CC by-nd

Les chiffres le montrent, la diffusion de la science sur YouTube est en réelle expansion depuis deux à trois ans, les chaînes scientifiques s’y multipliant. « Par contre, il n’y a plus d’émission régulière de science sur les grandes chaînes de télévision. En fait, YouTube occupe un vide et les gens regardent maintenant la science différemment », commente Julien Bobroff. « Les abonnés à notre chaîne YouTube écoutent nos vidéos durant la journée, dans le métro, un peu comme on écouterait de la radio tout en faisant autre chose », renchérit Acermendax.

Et si les scientifiques devenaient les stars de YouTube ?


Propos recueillis par Julie Schuepbach

Image à la une : YouTube by Esther Vargas, CC by-sa

Le texte de ce billet est placé sous licence CC by-nc-nd

Billet rédigé suite au cours « Boîte à outils numériques pour la médiation scientifique », donné par François Pacaud en septembre 2016 dans le cadre du Master Médiation des sciences de l’Université Bordeaux Montaigne.

Citer ce billet : "Les stars de la science", par Julie Schuepbach. Publié sur Sciences en partage, le 09/02/2017. Permalien : http://mediation.hypotheses.org/52.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *