Amis chercheurs : 7 bonnes raisons de « bloguer » pour diffuser vos résultats au grand public

BLOG par Thomas Hawk, CC by-nc

Quand un garçon de 5 ans vulgarise la science sur YouTube, il faut se rendre à l’évidence : les usages changent. Amis chercheurs, vous êtes la figure du progrès, de l’innovation et de la découverte… Vous ne pouvez échapper aux outils numériques. Mais pas de panique ! Vous allez adorer bloguer.

Des outils gratuits

L’excuse du budget limité ne tient plus. Pour se lancer dans le blogging scientifique, il existe des solutions qui ne vous coûteront rien. Lors de la création d’un blog sur WordPress.com par exemple, quatre formules vous sont proposées. Les fonctionnalités de base (bien suffisantes pour rendre vos recherches accessibles au grand public) sont contenues dans la 1ère formule à…0€.

Une prise en main rapide, une perte de temps limitée

Avec WordPress, il m’aura fallu 15 min, montre en main, pour : créer mon blog (littéralement en 6 clics), personnaliser l’arrière-plan, le bandeau, les polices et les options de visibilité et poster mon premier « article » (constitué de 2 mots, je vous l’accorde). Un visuel vraiment travaillé ou des vidéos incrustées dans vos articles vous prendront plus de temps, voire nécessiteront les conseils d’un professionnel du graphisme ou des médias. Mais l’utilisation basique du site est plutôt intuitive.

Blogging? par Anonymous Account, CC by
Blogging? par Anonymous Account, CC by

Une visibilité accrue et quantifiable de votre recherche

La diffusion des connaissances au grand public, c’est bien, mais si elle compte dans votre indice de production, c’est mieux ! Bien que l’évaluation de votre productivité soit essentiellement basée sur le nombre de publications dans des revues évaluées par des pairs et qu’impact factor rime toujours avec suprématie, l’émergence des outils numériques a généré des propositions de systèmes de citation 2.0.
Ainsi, Priem et al. vont au-delà de l’usage académique des articles et proposent une notion d’ « altmetrics »1 (fusion d’ alternative et de metrics) reflétant « la lecture, l’annotation, le bookmarking, la sauvegarde d’articles, la discussion et la diffusion » de publications dans divers services numériques, tels que les blogs (individuels ou hébergés sur une plateforme), Wikipédia, Facebook etc.
L’outil très intéressant CiTo22 permet, quant à lui, de caractériser les citations d’un article : la source (e.g. journal, livre, page internet, dont les blogs), le réseau de ses auteurs, le statut de publication, la nature qualitative de la citation (« appuie », « invalide » ou « décrit simplement » une hypothèse) etc.
Ces nouveaux outils complémentaires au système de citation classique rendraient donc compte de la reconnaissance par les pairs et par le lectorat « non-professionnel » des travaux diffusés sur votre blog.

Une source intarissable d’idées

Qui dit visibilité, dit commentaires des lecteurs, échange et source  potentielle de pistes à creuser. Le blogging ne se limite pas à la publication de résultats. Vous pourrez écrire à toutes les étapes du processus de recherche, à propos de problèmes méthodologiques, d’analyse ou d’interprétation laborieuse de résultats… La porte vers un brainstorming à grande échelle s’ouvre alors.
Ce phénomène d’intelligence collective peut être amplifié si l’on héberge son blog sur une plateforme (e.g. Scilogs pour les francophones s’intéressant aux sciences fondamentales), où se mêlent communautés de scientifiques et amateurs3.

Idea! par Cristian Carrara, CC by-nd
Idea! par Cristian Carrara, CC by-nd

Une liberté de thèmes

Au-delà de son domaine de recherche, le blogueur scientifique peut s’exprimer sur ce qui lui tient à cœur4. Il peut dénoncer les idées reçues sur la recherche, les problèmes de débouchés limités, la misogynie, la guerre aux publications, la difficulté de trouver des financements, etc. Ou au contraire, il peut y partager ses passions (e.g. pour les animaux : Best of Bestioles ou pour la science en générale : Science étonnante) et donner envie aux futures générations de chercheurs de se lancer dans l’aventure malgré les difficultés.

Une liberté de ton

Quel chercheur n’a jamais rêvé de pouvoir échapper un instant au cadre restrictif des lignes directrices de publication des journaux scientifique ? N’est-ce pas tout aussi (voire plus) gratifiant d’entendre votre bande de copains vous dire qu’ils ont enfin compris ce que vous faites de vos journées, que de recevoir LE mail d’acceptation de votre manuscrit après la 42ème version corrigée ? Même le CNRS encourage l’utilisation des outils numériques pour une médiation plus moderne5.
Si la forme est de plus en plus variée et ludique (e.g. utilisation de supports vidéo, de bandes dessinées), le contenu scientifique du blog n’en est pas nécessairement appauvri. Drôle, éducatif et nécessaire !

Keep Calm and Blog par Carolyn Coles, CC by
Keep Calm and Blog par Carolyn Coles, CC by

Une bouée de sauvetage dans un océan tumultueux d’informations

Dans cette nouvelle ère de l’open, l’accès « illimité » aux données brutes, articles scientifiques et autres projets de recherche donne presque l’illusion que tout le monde peut « faire de la science ». La télévision, la radio et Internet nous assiègent quotidiennement de « faits scientifiques », trop raccourcis, trop simplifiés, communiqués trop vite et dont les sources ne sont pas constamment citées6. Il devient parfois difficile de démêler le vrai du faux. Une enquête réalisée en 2007, à la demande de la Commission européenne, révèle qu’un quart des Européens ne sont pas satisfaits de la façon dont les médias rapportent les faits scientifiques7. Plus de la moitié de la population préfère que ces faits soient présentés par un scientifique plutôt que par un journaliste. Par ailleurs, une étude sur le lectorat et les liens inter-blogs en Suède a montré que les anciens outils de communication n’étaient pas remplacés par l’utilisation du blog. Ce dernier agirait plutôt comme intermédiaire entre « le domaine de recherche, le grand public, la vie privée et l’université » (Kjellberg, 2009).
Il semble donc que le blog, tenu par un scientifique (à l’origine-même de ces connaissances, ou du moins expert dans le domaine), permette une diffusion plus fiable et juste du « savoir », vers nous, médiateurs scientifiques et grand public.

« Si les chercheurs n’investissent pas la médiation sur Internet, elle se fera quand même, mais sans nous ! Les spécialistes doivent s’en emparer, intervenir comme experts ». Avec cette citation de Manon Bril, doctorante en Histoire et YouTubeuse de vulgarisation (cf. sa chaine « C’est une autre histoire »), tout est dit… Alors à vos claviers, amis chercheurs !


Image à la une : BLOG par Thomas Hawk, CC by-nc

Le texte de ce billet est placé sous licence CC by-nc-nd

Billet rédigé suite au cours « Boîte à outils numériques pour la médiation scientifique », donné par François Pacaud en septembre 2016 dans le cadre du Master Médiation des sciences de l’Université Bordeaux Montaigne.

Citer ce billet : "Amis chercheurs : 7 bonnes raisons de « bloguer » pour diffuser vos résultats au grand public", par Sandrine Camus. Publié sur Sciences en partage, le 23/02/2017. Permalien : http://mediation.hypotheses.org/89.

 

  1. Priem, Piwowar et Hemminger. Altmetrics in the wild: Using social media to explore scholarly impact. 2012. arXiv:1203.4745v1 []
  2. Shotton. CiTO, the Citation Typing Ontology. 2010. Journal of Biomedical Semantics, 1 (Suppl 1):S6 []
  3. Evelyne Broudoux. L’écosystème scientifique à l’heure de la participation sur le web. pp. 239-256. 2013. Actes du colloque H2PTM 13 []
  4. Marc RR. Blogs scientifiques, blogs de scientifiques et blogosphère scientifique. 27/01/2014. Blog du C@fé des Sciences: Tout se passe comme si []
  5. Léa Galanopoulo. Réinventer la médiation à l’heure du numérique. 27/05/2016. CNRS Le Journal []
  6. Richard Taillet. Communication scientifique et diffusion médiatique : des mondes à deux vitesses. 21/06/2014. Blog : Signal sur bruit []
  7. TNS Opinion & Social à la demande de la Commission Européenne, Direction Générale de la Communication, unité « Analyse de l’opinion publique et des médias ». La recherche scientifique dans les médias. 2007. Eurobaromètre Spécial 282 []

2 pensées sur “Amis chercheurs : 7 bonnes raisons de « bloguer » pour diffuser vos résultats au grand public”

  1. Bravo ! Ce post est très informatif. A partir de mon expérience de première main sur la diffusion grâce à mon blog https://wils.hypotheses.org/ , je suis 100% d’accord sur les 7 raisons mentionnées ici pour bloguer. J’espère qu’il y aura plus de chercheurs-bloguers/vloguers dans le futur proche, car c’est même nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *